accon


accon

acon ou accon [ akɔ̃ ] n. m.
• 1650; mot poitevin, p.-ê. de l'anglo-saxon naca « barque »
Mar. Embarcation à fond plat servant au chargement et au déchargement des navires. allège.

acon ou accon nom masculin (mot poitevin ; peut-être de l'anglo-saxon naca, barque) Chaland plat du midi de la France. Barque à fond plat, glissant sur la vase, utilisée dans les parcs à moules.

⇒AC(C)ON, (ACON, ACCON), subst. masc.
MAR. Embarcation à fond plat, servant à divers usages.
1. ,,Il sert à aller sur les vases.`` (BAUDR. Pêches 1827).
Rem. JAL 1848 note que ce bateau est ,,utilisé en Anjou, Poitou, pays d'Aunis et Saintonge pour aller sur les vases à marée basse`` :
Notre chasseur inventa alors l'acon, sorte de caisse en bois, large et profonde dont l'extrémité antérieure se relève en forme de proue.
H. COUPIN, Animaux de nos pays, dict. pratique, 1909, p. 415.
Spéc. Il est en usage pour la pêche des huîtres (LITTRÉ), dans les parcs à moules (Lar. 20e, GRUSS 1952).
2. Il ,,sert principalement dans les Antilles, au chargement des navires de commerce.`` (Ac. 1835, LITTRÉ). Synon. allège.
Rem. 1. Lar. 20e donne cet emploi comme gén. 2. WILL. 1831 repris par BESCH. 1845 note que l'accon sert aussi ,,à faire l'eau des vaisseaux de guerre``. LE CLÈRE 1960 précise que l'accon désigne ,,un chaland portuaire en provençal``. 3. ROB. précise qu'on ,,l'appelle aussi pousse-pied``.
Prononc. — 1. Forme phon. — Dernière transcription ds DG :à-kon = []. 2. Dér. et composés : ac(c)onage, acconier.
Étymol. ET HIST. — 1650, MÉN. : Acons. Les Poitevins appellent ainsi ces petits bateaux avec lesquels ils vont par les marais et que celui qui est dedans mène en poussant la terre avec le pied; 1776, Encyclop. Suppl. t. 1, s.v. :C'est un bateau ayant la forme d'un quarré long et à fond plat, dont on se sert dans différents pays (...) dont on se sert à Saint-Domingue pour faire l'eau des vaisseaux, et pour le transport des denrées du pays...; 1872 pêche aux huîtres, LITTRÉ; 1928 chargement des navires de commerce, Lar. 20e.
Le mot, poit. à l'orig. (cf. MÉN. 1650) et localisé particulièrement dans l'ouest de la France, Anjou, Saintonge (cf. FEW t. 16, p. 592) a pris des sens légèrement différents suivant les régions ou pays où il s'est implanté et l'usage qui était fait de cette embarcation. Passé dans les pays coloniaux (cf. sup. Encyclop. Suppl.), il a atteint ensuite les ports de la Méditerranée où il est attesté en prov. (cf. MISTRAL : lacoun, acoun :espèce de ponton qui sert à décharger ou à charger les navires...). Ce sens est vraisemblablement à l'orig. du sens fr. le plus récent de ce mot (cf. sup. Lar. 20e). La localisation du mot à l'orig. et les circonstances hist. de la guerre de Cent ans permettent de supposer un empr. à l'angl. sax. naca « barque » (BEHRENS ds Z. rom. Philol. 14, 366, FEW, loc. cit.) mot très attesté dans les lang. germ. : a. nord. nokkvi « bateau, barque » (DE VRIES 1962) a. sax. nako (ibid.) a. h. all. nacho « barque » (GRAFF t. 2 1834-46, p. 1014) m. néerl. ake « chaland » (VERDAM 1964) m. h. all. nache « barque » (LEXER 1963, p. 30) all. mod. Nachen. La chute du n initial est expliquée par BEHRENS, loc. cit. par la confusion de ce n avec celui de l'art. indéfini, déglutination fréq. (ex. ang. aufrage à côté de naufrage, de même que dans les lang. germ. m. néerl. ake à côté de naak ds KLUGE 1963, p. 20). On aurait formé alors un dimin. en -on sur le modèle d'autres noms de bateau (ex. polacron, carraquon, frégaton). L'hyp. d'un frq. nako (GAM., Rom., t. 1 1934, p. 99; EWFS2) est peu vraisemblable étant donnée la date d'apparition tardive du mot et sa localisation géogr. L'hyp. de accon dimin. de aque < néerl. aak (KEMNA 1902, p. 161; FALK, Altnordisches Seewesen ds Wörter und Sachen, VALK. 1931, pp. 47-48, BOULAN 1934, p. 131), est improbable vu les dates d'apparition respectives de ces deux mots et la localisation géogr. de accon.
BBG. — BALDINGER (K.). Lexikalische Auswirkungen der englischen Herrschaft in Südwestfrankreich (1152-1453). In : [Mélanges Flasdieck (H. M.)]. Heidelberg, 1960, p. 39. — BARR. 1967. — BAUDR. Pêches 1827. — GRUSS 1952. — JAL 1848. — LE CLÈRE 1960. — MATH. 1967. — MONT. 1967. — Mots rares 1965. — REY-COTTEZ 1968, t. 36, p. 140. — WILL. 1831.

acon ou accon [akɔ̃] n. m.
ÉTYM. 1650; mot poitevin, p.-ê. de l'anglo-saxon naca « barque ».
Techn. (mar.) ou régional. a Chaland servant au chargement ou au déchargement des navires. Allège.
b Petite embarcation plate, utilisée dans les bouchots, les moulières, pour se déplacer sur la vase (syn. : pousse-pied).
DÉR. Aconage ou acconage, aconier ou acconier.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • accon — accon …   Dictionnaire des rimes

  • Accon — (a. Geogr.), so v.w. Akre …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Accon — Un accon peut désigner deux types d embarcations : un petit bateau à fond plat utilisé dans le pays d Aunis pour aller sur les vases lorsque la mer s est retirée. un bateau plat et sans mâture, utilisé comme allège pour le chargement des… …   Wikipédia en Français

  • Accon — Ac|con [a kõ:] der; s, s <aus gleichbed. fr. accon, weitere Herkunft unsicher> flacher Lastkahn, Prahm, bes. auf der Loire …   Das große Fremdwörterbuch

  • ACCON — s. m. T. de Marine. Bateau à fond plat qui cale fort peu d eau, et qui sert principalement, dans les Antilles, au chargement des navires de commerce …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • accon — (a kon) s. m. Terme de marine. Bateau à fond plat qui cale fort peu d eau, et qui sert principalement, dans les Antilles, au chargement des navires de commerce.    Bateau à fond plat employé dans la pèche des huîtres.    Petit bateau à fond plat …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • ACON vel ACCON — ACON, vel ACCON Vide Acre et Ptolemais …   Hofmann J. Lexicon universale

  • Lastkahn — Accon, Prahm; (schweiz.): Ledischiff; (südd.): Nauen; (ostmd., österr.): Zille; (Schifffahrt): Schleppkahn. * * * Lastkahn,der:⇨Schleppkahn …   Das Wörterbuch der Synonyme

  • acon — ou accon [ akɔ̃ ] n. m. • 1650; mot poitevin, p. ê. de l anglo saxon naca « barque » ♦ Mar. Embarcation à fond plat servant au chargement et au déchargement des navires. ⇒ allège. ● acon ou accon nom masculin (mot poitevin ; peut être de l anglo… …   Encyclopédie Universelle

  • Deutscher Orden — (Orden der Ritter des Hospitals St. Marien des Deutschen Hauses oder der Deutschen zu Jerusalem, später auch wohl Deutschherren oder Marianer genannt), der jüngste der drei großen, zur Zeit der Kreuzzüge im Heiligen Land entstandenen geistlichen… …   Meyers Großes Konversations-Lexikon